Compta Paris

Création d’une entreprise à Paris : apport en numéraire, en industrie ou en nature ?

Vous projetez de monter votre entreprise à Paris, et souhaitez approfondir les aspects relatifs aux apports de chaque associé ? Il existe en effet plusieurs possibilités sur le sujet : apport en numéraire, en industrie ou en nature. Tout type d’apport doit être mentionné dans les statuts de la société. Focus sur ces trois notions.

L’apport en nature

On parle d’apport en nature lorsque l’apport d’un associé de l’entreprise se fait par le biais d’un bien matériel ou immatériel. Ce qui diffère de l’apport en numéraire, qui est un apport financier. Ce peut être un immeuble, un ensemble de biens mobiliers, des matériels de bureau ou de transport, des machines ou autres. La valeur de cet apport en nature est estimée par le commissaire aux apports afin de définir la quote-part de l’actionnaire apporteur. Ceci dans le but de définir la part d’actions qui lui revient.

L’apport en numéraire

On appelle apport en numéraire les chèques ou les transactions par virement bancaire qui vont s’inscrire dans la constitution du capital de l’entreprise. Ce sont également les apports en numéraires, tout comme les apports en nature, qui vont entrer en jeu lors d’une augmentation de capital. Ce, toutefois à la différence des apports en industrie.

L’apport en industrie

Lorsqu’un actionnaire associé apporte son savoir-faire, ses compétences ainsi que son expertise au sein de l’entreprise, on dit qu’il participe à un apport en industrie. Cet apport est également évalué afin de définir les parts ou les actions correspondantes. Celui qui procède à un apport en industrie par conséquent bénéficie des dividendes distribués en fonction de cette évaluation. Toutefois, les apports en industrie ne sont pas autorisés dans certaines formes juridiques de sociétés.

Un Cabinet d'expert comptable Cocerto à paris est à votre disposition pour vous guider, vous conseiller et vous accompagner lors de la création de votre entreprise en Île-de-France.

Laissez votre commentaire à propos de cet article